Castagniccia


CastagnicciaVers l’intérieur des terres unn océan de forêts vous y attend. Son origine remonte à 1584, lorsque les Génois organisèrent la plantation systématique d’arbres d’essence noble, notamment des châtaigniers. Comme la région était alors très peuplée, le verger est devenu une immense forêt de châtaigniers donnant son visage et son nom à la Castagniccia d’aujourd’hui (castagna, la châtaigne).

Foyer de révoltes populaires, (Pascal Paoli, y fut proclamé général en chef de la nation corse en 1755) la Castagniccia vous séduira par son caractère, ses maisons aux toits de pierre qui ont toutes leur rataghju (séchoir à châtaignes) et ses couleurs flamboyantes en automne. Elle couvre les trois pieve (anciennes paroisses) d’Alesani, Orezza et Ampugnani. Lieu propice aux balades en forêt d’où émergent, comme des phares au-desus de la mer, les campaniles des églises baroques.

Dans la Castagniccia, nombre d’églises à la riche décoration intérieure de style baroque méritent une visite. Saint-Pierre et Saint Paul de Pedicroce, Notre-Dame-du Mont Carmel à Stoppia Nova, La Porta, Giacatojo, Quercitello et Valle d’Orezza, toutes classées monuments historiques. Le magnifique couvent d’Alesani. Fête du couvent le 8 septembre.

  Morosaglia

C’est dans ce petit village de la Castagniccia qu’est né, en 1725, Pascal Paoli, «père de la nation corse». Militaire très cultivé, il prend la tête de l’insurrection contre les Gênois en 1755. Nommé «général de la Nation», il fixe sa capitale à Corte, fait voter une Constitution républicaine, bâtit une administration, fonde l’Ile Rousse, l’université de Corte.

Mais en 1768, les Génois confient la Corse à la France. Paoli organise la résistance mais, vaincu à la bataille de Ponte Nuovo en 1769, il est contraint à l’exil. Un petit musée a été aménagé dans sa maison natale près de laquelle reposent ses cendres.

Source ( AGENCE DU TOURISME)




 

Google
Web www.korsika.it




 

 

CORSE© - 2005 Grafica, webdesign, provider: MTPublisher